Blog de Pierre Eyben

Ecologie plus verte, socialisme plus rouge
Noose 
REPORTERS/Imagesource

MODEL RELEASED
En trois lignes

Affaire Publifin : Le suicide du politique

Je déteste le poujadisme ambiant. J’estime que des élus (également locaux) doivent être payés correctement car c’est une condition importante pour assurer d’une part leur capacité de résister au lobbying de nombreux acteurs privés, et d’autre part pour permettre une diversité sociale et professionnelle de la représentation politique. La politique ne doit pas être un hobby réservé à celles et ceux qui en ont les moyens et ne risquent pas de souci (notamment d’un point de vue financier) à retrouver un job après quelques années en tant qu’élu.


En Islande, il y a moins d’élus (proportionnellement à la population) mais ils sont mieux payés. Par exemple, un conseiller communal d’opposition de Reykjavik peut exercer à mi-temps son travail d’élu. C’est très sain démocratiquement.

 

Mais ce qui se passe avec Publifin (ex-Tecteo), où des élus touchent depuis trois ans et demi de 1.340 à 2.871 euros bruts par mois, sans réelle contrepartie exigée de leur part, est le témoignage de la faillite morale grave dans laquelle certains élus et partis (en l’occurence trois d’entre eux au moins) se vautrent.

 

Que ces élus (du peuple) pensent à ceci : La mort du politique, c’est la victoire de l’économique, soit le projet ultra-libéral par excellence. Par cupidité, ils sont donc occupés à faire le lit de celles et (surtout) ceux qui entendent inféoder la démocratie à leurs intérêts économiques. Lorsque l’on se proclame de gauche (ou même humaniste), c’est proprement criminel !

Facebooktwittermail

%d blogueurs aiment cette page :