Blog de Pierre Eyben

Ecologie plus verte, socialisme plus rouge
lettre
Préhistoire (articles de mon précédent blog)

Cher détracteur anonyme

Cher détracteur anonyme,

Toi qui a déposé dans ma boîte des documents accusateurs sur le communisme et en guise d’avertissement un abrupt : « Le  monde libre a détruit le communisme il détruira l’islam » griffonné au marqueur, je dois t’avouer que dans un premier temps, j’ai été affecté par ton intrusion agressive et non assumée.  J’ai éprouvé un peu de colère aussi.  Mais aujourd’hui, je crois bien que je ne t’en veux pas.

On a fait tant de choses au nom du communisme.  Nos pays, nos médias ont ajouté par ailleurs tant de zèle à noircir le trait évitant aussi d’examiner trop le système dans lequel nous vivons. Je pense que tu as agi avec ignorance mais avec sincérité, en soldat de la pensée dominante. C’est ta conviction qui t’a poussé, sans me connaitre et sans connaitre mes idéaux, à nous agresser, ma famille et moi.

Je n’ai rien d’un fanatique ou d’un négationniste.  Je suis juste un citoyen de gauche, sensibilisé à la question écologique et que l’injustice sociale a radicalisé. Il m’a fallu pas mal de temps avant de pouvoir dissocier le projet marxiste de l’image qu’il véhicule.  Aujourd’hui toutefois, j’ai pris le temps de lire, de ne pas seulement comprendre et penser via les médias.  Je suis arrivé à la conclusion que le capitalisme détruit notre planète et ses hôtes et que le marxisme (qui n’est pas une bible immuable) constitue toujours un projet émancipateur et de progrès humain incontournable, le seul à pouvoir coexister avec un projet écologique crédible car s’affranchissant du boulimique marché.

Voici une réponse point par point à ton abrupt message.

 

Le monde libre

Tu te réclames d’un « monde libre » victorieux.  Voilà une notion bien floue à mes yeux. Le monde libre fut longtemps symbolisé par les USA.  Est-ce l’Amérique de Bush ton « monde libre » ?

Je perçois bien que des pays se réclamant d’un modèle économique, le capitalisme, ont pris le pas sur d’autres pays se réclamant du communisme. Le capitalisme est aujourd’hui globalisé.  Mais rien ne lie ce système économique à la liberté.  Liberté économique laissée aux riches propriétaires, n’est pas liberté (et encore moins égalité) pour tous. Nombre de pays capitalistes sont des dictatures.  Par ailleurs, la liberté recule aujourd’hui dans de nombreuses démocraties capitalistes, la nôtre incluse. Le nombre de partis susceptibles d’exercer le pouvoir s’affaiblit et l’on file tout droit vers une bipolarisation à l’américaine dans laquelle les partis se relayent au pouvoir pour gérer une logique économique avec des nuances et non impulser des politiques radicalement différentes. On instaure des lois brimant la liberté de pensée et d’agir sous couvert de lutte anti-terroriste.  On utilise à plein les medias pour contenir et diriger le mouvement social. On attaque le droit des travailleurs (droit de grève entre autre). Comme l’a écrit Noam Chomsky, notre liberté aujourd’hui revient à choisir entre Coca-Cola et Pepsi. Cette liberté est un leurre.

 

Détruire

L’idéal communiste n’est ni un régime irakien ni un président vénézuélien, il  n’est par définition pas matériel. On ne peut donc le détruire.  Il demeure dans le cœur et les actes de millions d’hommes. Il ressurgira.  Il ressurgit déjà. Ce qui a été détruit (ou s’est autodétruit), ce sont des expériences se réclamant de lui.

 

Le communisme.

Je suis marxiste, en ce sens que je pense que Marx a apporté des clefs essentielles pour comprendre le monde et j’aspire à une société communiste c’est-à-dire libérée de l’exploitation de l’homme par l’homme.

Crois-tu que j’ignore pour autant ce qui fut fait au nom du communisme ?  Je connais et dénonce cela depuis toujours.  Petite anecdote, le parti auquel j’appartiens dénonça unanimement en 68 l’écrasement du printemps de Prague par les chars russes.  Comme quoi, cela fait bien longtemps que l’idéal des communistes belges diverge des expériences socialistes à l’Est (sans parler de la Chine ou de la Corée que nous n’avons jamais soutenues).  Mais il est profondément injuste d’assimiler et de réduire le communisme (qui est avant tout une théorie économique) à ces régimes, comme il serait injuste de réduire le capitalisme à la forme dictatoriale qu’il revêt souvent.  Combien d’exécutions politiques dans le Chili de Pinochet ?  Combien de massacres de population dans l’Irak de Hussein (soutenu par les USA et l’Europe pendant des années) ?  Combien de morts dans les colonies africaines en Somalie, au Congo, en Afrique du Sud ?  Tous ces régimes étaient capitalistes. Il en existe bien d’autres (Birmanie, Tunisie, Arabie Saoudite,…).  Une chose est le modèle économique, le projet de société, une autre est ce que les hommes en font.

Les expériences communistes les plus démocratiques (Nicaragua, Chili,…), celles dont je me réclame le plus directement, ont systématiquement été agressées militairement par le « monde libre ». Pourquoi ?  Parce que de tels projets émancipateurs faisaient peur aux puissants de ce monde. C’est encore le cas aujourd’hui avec les expériences vénézuéliennes et boliviennes qui sont injustement décriées et honteusement torpillées, en dépit de tout respect de la démocratie.

La Chine, elle, est un partenaire commercial privilégié du monde libre.  Money is money !

 

L’Islam

L’Islam est aussi un opium pour les peuples. Je suis athée et je combats toutes les religions dès lors qu’elles sortent de la sphère privée et se mêlent de la gestion de la chose publique.  Cette constatation du rôle néfaste de la religion et la nécessité de séparer Etat et Eglise, les communistes en sont porteurs depuis toujours.  Nous combattons l’islamisme, mais également le créationnisme américain ou l’extrémisme juif et catholique. Je ne veux pas que l’on impose le foulard à ma femme mais je ne veux pas plus que l’on refuse d’enseigner la théorie de l’évolution à mes enfants ou que l’on m’impose des préceptes moraux religieux en matière d’avortement et de contraception.

En guise de conclusion, je dirais que l’agression que constitue ton message anonyme je te la pardonne, elle aura été pour moi l’occasion d’un article (faute de savoir écrire comme Brassens des chansons).  Mais plutôt que de recommencer, la prochaine fois, sonne à ma porte, je t’offrirai un jus de pomme ou un verre de vin bio et l’on discutera.  Cela te permettra j’en suis convaincu d’éliminer bien des a priori.  Le débat est toujours préférable à la violence.

 

Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :