Blog de Pierre Eyben

Ecologie plus verte, socialisme plus rouge
hf6_2
Presse

Patrimoine industriel : héritage en danger

Une carte blanche collective parue dans La Libre Belgique du 17 décembre 2016 

Ce 16 décembre à 15h s’est abattu dans la poussière le « HF6 », célèbre haut-fourneau de feue Cockerill (et ses suivantes associées – Espérance-Longdoz, Sambre, Arcelor, Mittal).

C’était inscrit dans les astres depuis 70 ans, notifié noir sur blanc depuis le Rapport Gandois de 1983 : si la sidérurgie liégeoise avait eu un début, perdu dans les brumes du temps jadis, elle aurait aussi une fin, qui coïnciderait peu ou prou avec celle du XXe siècle. Nous y sommes et les travailleurs le savent mieux que quiconque. Il datait de 1959, ce qui est à la fois très proche de nous et une autre époque.

Il est tentant pour les pouvoir publics de faire table rase. Place nette. Vendre à la population un avenir de verre et d’acier, sentant bon le futur et les lendemains qui chantent. C’est une chose à faire assurément pour assurer la reconversion du bassin, mantra qui anime le landerneau politique depuis des décennies. Mais il ne faut pas faire que cela : il faut également préserver, valoriser, réaffecter et reconnaître sa valeur au patrimoine architectural monumental industriel des XIXe et XXe siècles. L’industrie sidérurgique et métallurgique fait partie de l’histoire de milliers de travailleurs du présent et du passé, c’est une trace indélébile dans le sillon wallon et en particulier liégeois. Le livrer sans conditions aux bulldozers, aux marchands de mitraille et aux promoteurs du béton est une hérésie totale. En 2000 le « Chœur de la Cathédrale » fleurissait au cœur de Liège, apportant à des dizaines de milliers de personnes une image fiable de ce que pouvait être la monumentalité de St Lambert, qui fut détruite par les révolutionnaires liégeois à partir de 1794 et jusqu’en 1827. Combien d’entre nous, liégeois, n’avons-nous pas maudit en silence nos devanciers, la tête si près du bonnet, qui ont cru bon mettre à terre ce joyau, tant ils y voyaient un symbole ? Ne soyons pas aujourd’hui les fossoyeurs d’un patrimoine qui dépasse de très loin les générations actuelles… Nos régions ne sont pas des musées, et certaines démolitions sont inéluctables pour utiliser au mieux l’espace disponible et préserver le foncier, mais il s’agit aujourd’hui d’identifier les édifices remarquables et d’y prendre garde.

Exemples et contre-exemples

Dans de nombreux pays ce patrimoine est pris en considération et protégé comme il se doit, n’est pas perçu comme une entrave au développement. Qui a déjà visité le Tate Modern à Londres (musée d’art contemporain qui fut autrefois une centrale électrique) ou les quartiers des Docks de Liverpool ou d’Anvers (habitations et sites culturels) ne peut qu’en être convaincu : l’architecture industrielle peut renouer avec splendeur au service de la collectivité pour des budgets raisonnables ; ses édifices les plus spectaculaires peuvent agir en tant que phares du remembrement industriel ou du rayonnement touristique. Plus près de chez nous le site de Blégny-Mine offre aujourd’hui encore un aperçu assez unique de ce qu’était un puits de mine et le quotidien des travailleurs de l’époque: l’anticipation et le dynamisme notamment de la Province de Liège ont donné une vie et une légitimité à un site unique, qui sans cela aurait été voué à l’abandon et à l’oubli. Sur le fond – la mémoire des hommes, de la métallurgie et de leurs outils monumentaux – l’exemple le plus inspirant est probablement l’ensemble de Völklingen dans la Sarre : musée scientifique, expositions temporaires, immense parc public, biennale d’art urbain… ce site est aujourd’hui un témoin actif incontestable du passé industriel et du dynamisme local actuel. Si Liège est une fille de Meuse, elle est aussi à bien des égards une fiancée de l’acier depuis des siècles… et le sera encore dans le futur! Si les hauts-fourneaux sont éteints, le centre de recherche est toujours à la pointe, les entreprises et travailleurs du secteurs sont aujourd’hui bien vivants et leur futur s’inscrira encore dans notre région pour longtemps… A cet égard, l’industrie et les industriels contemporains auraient à raison tout intérêt à assumer leur part de cet héritage: parce qu’il procède de leur passé, parce qu’il parie sur leur avenir et justifie de ce fait la place à part qu’ils occupaient et occupent encore dans le tissu économique mais également dans l’imagerie populaire, dans l’espace culturel. La mémoire n’est pas toujours chose joyeuse, mais elle fait toujours œuvre utile: de l’ossuaire de Douaumont – mémorial à la Paix – aux visites scolaires d’Auschwitz – qui ouvrent les yeux de tant d’adolescents sur le péril totalitaire – il y a un trait qui relie et fait sens. L’histoire du travail, du fer et l’acier, de l’innovation technologique porté à son pinacle, des femmes et des hommes qui en furent les acteurs mérite avec certitude que l’on s’y arrête.

Liège, fiancée de l’acier

A contrario Liège n’a pas toujours su identifier à temps son patrimoine, en saisir l’originalité et proposer des projets qui le valorisent. Souvent le patrimoine est « dans le chemin » de projets qui le sous-estiment ; la solution est alors toujours la même : la démolition. Tour Piedboeuf, Maison Porquin, La Populaire : les exemples sont très nombreux, trop nombreux !

Le HF6 est tombé ce vendredi 16 décembre, après viendra le carreau du Hasard de Cheratte, et d’autres encore… quand donc cette hécatombe s’achèvera-t-elle ? C’est aux forces vives que nous sommes d’animer le débat, c’est aux autorités urbaines, du patrimoine, de l’industrie et du tourisme d’en décider : il n’est pas trop tard mais il est temps.

Collectif de signataires : Quentin le Bussy, historien et amoureux du Patrimoine; Nicolas Bomal, Photographe; Nicolas Ancion, Ecrivain; Maximilien Lebur, Collectif Le Ressort; Egidio Di Panfilo, Secrétaire Général SETCa Liège; Olivier Starquit, Collectif Le Ressort; Pierre Eyben, A Contre Courant.

Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :